Sisyphe Heureux

Du samedi 3 mai au samedi 31 mai 2014
Vernissage : samedi 2 mai à 15 h

 
Programme Échanges internationaux : Montréal-Quimper
 
Commissaires : collectif Tout va bien

 

Artistes : Anne-Renée Hotte | Jacynthe Carrier | Bruno Peinado | Antoine Dorotte | Camille Girard et Paul Brunet
 
MTL QUIMPER

De gauche à droite : Jacynthe Carrier, de la série Rites, 2010-2011; Camille Girard et Paul Brunet, La Maison, de la série 24 rue Madame de Pompéry, 2012.
 
Sisyphe Heureux réunit des oeuvres qui nous invitent à réfléchir sur la manière dont les pratiques artistiques se construisent dans un monde où les médias sociaux et les réalités virtuelles prennent une importance capitale dans les relations sociales. L’ensemble des oeuvres prend la forme d’une tentative allégorique de redéfinition des mythologies contemporaines, individuelles et collectives. Le titre de l’exposition renvoie aux valeurs liant les pratiques des artistes présentés : un engagement fort à l’égard du temps de création, un profond respect pour la technique et un dialogue constant avec les notions de vie, de rite, et de destin.
 
Dans son essai Le Mythe de Sisyphe, Albert Camus nous décrit comment le bonheur et l’absurdité peuvent coexister dans un monde privé de valeurs immuables. Certes, le roi Sisyphe a été condamné à pousser éternellement le même rocher vers le sommet d’une montagne, mais chaque descente lui a donné l’opportunité de prendre conscience de son destin insensé. Cette tâche ardue le menait chaque fois au bord de la même expérience d’une liberté profonde; d’où l’énoncé de Camus, « il faut imaginer Sisyphe heureux ». De la même façon, les artistes réunis par cette exposition semblent être aux prises avec ce mêmeseuil. Quoique distinctes — sculptures, dessins, animations et photographies —, leurs oeuvres affrontent le bonheur et l’absurdité de la vie et de la création, en utilisant librement les outils et les signes mis à leur disposition par leurs différentes cultures.
 
Antoine Dorotte, le duo Camille Girard et Paul Brunet ainsi que Bruno Peinado ont chacun développé des pratiques qui laissent apparaitre l’immanence des cultures populaires, leurs oeuvres faisant allusion aux productions hollywoodiennes, aux rythmes de la vie quotidienne et aux histoires de la création de l’univers. Les oeuvres d’Anne-Renée Hotte et de Jacynthe Carrier traitent, chacune à leur façon, explicitement du rite, du paysage et des relations humaines. Considérées ensemble, ces oeuvres aident à tracer de nouvelles voies entre les extrémités de l’isolation et de l’hyper-connectivité qui semblent organiser une très grande part de notre vie contemporaine.
 
Sisyphe heureux est présentée dans le cadre du programme d’échanges internationaux des Territoires. Une première version de cette exposition a été présentée à la galerie Artem du 27 janvier au 8 février 2014, sous le titre Le promontoire du songe.
 
Téléchargez le communiqué de presse ici