Ripley Whiteside – Territoires Est | Alice Jarry – Territoires Ouest

Vendredi 31 janvier au samedi 22 février 2014
Vernissage : Jeudi 30 janvier à 18 h

 

INTRODUCED EXOTICS – ACCIDENTAL ESCAPES | Ripley Whiteside
Territoires Est

Dans ces séries de dessins, Ripley Whiteside présente des scènes dans lesquelles des phénomènes naturels et des paysages sont montrés de façon étranges et anormales. Dans un but d’explorer les complexités inhérentes à la définition de la notion de nature, l’artiste a cherché des moyens iconographiques pour dépeindre cette dernière. Pour ce faire, il ne se contente pas de présenter la nature telle quelle, mais il s’attarde à la manière dont elle est représentée culturellement. L’artiste juxtapose des éléments de la faune et de la flore qui n’auraient naturellement pas de liens, déstabilisant les archétypes qui sous-tendent notre définition de la nature. L’artiste s’inspire, entre autre, des images utilisées par le pionnier en ornithologie John James Audubon, des paysages des livres de peinture de Walter Foster, de manuels scolaires de sciences et des guides de terrain de Roger Tory Peterson. La grande variété de dessins présentés dans l’exposition Introduced Exotics – Accidental Escapes crée une expérience immersive dans ces mondes étranges.

 

Ripley Whiteside est né en Caroline du Nord, où il a développé un intérêt particulier pour les forêts, les marécages et les champs. Il a obtenu son baccalauréat en beaux-arts de l’Université de la Caroline du Nord en 2008 et il a complété sa maîtrise à l’Université de Buffalo en 2012. Il vit et travaille actuellement à Montréal.

 

 

cube

 

LES ENTRELACS | Alice Jarry

Territoires Ouest

 

Les Entrelacs est une machine à faire et défaire des noeuds, une installation cinétique évolutive qui s’inscrit dans une série d’interventions in situ portées par une réflexion sur les agencements et la reconnaissance d’une activité matérielle inhérente à la génération d’une forme dynamique. Dans l’espace des Territoires, des réseaux de fils électriques seront peu à peu tendus, mis en mouvement, et deviendront des surfaces de projection modulables. Au fil du temps, une toile de plus en plus dense se greffera au lieu et envahira l’espace de la galerie. Chaque jour, cette forme éphémère revêtira une nouvelle configuration qui émerge d’échanges singuliers entre les forces et matières actives dans le lieu : le temps, la gravité, la traction et la lumière informeront ce travail cumulatif lié à la spatialité où chaque fil tendu remodèle en continu la topologie de la relation entre image, objet, mouvement et espace.

 

Alice Jarry (Montréal) a une formation en Design & Computation Arts et complète une maîtrise en Arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Elle enseigne présentement à l’Université Concordia. Sa pratique, d’abord issue des arts d’impression, se développe en installation et en arts numériques. Elle s’intéresse aux mouvements de transformations matériels et aux permutations possibles entre les espaces physiques et numériques. De ce processus où les matérialités s’hybrident, découle un travail d’installation in situ qui a été présenté dans différents lieux d’exposition au Canada et aux États-Unis.