Zoé Benoît et Anne-Lise Seusse

RECONSTRUCTING TIME AGAIN | Zoé Benoît et Anne-Lise Seusse
Vendredi 10 avril au mardi 28 avril 2009
Vernissage : jeudi 9 avril à 17 h

 

 

Je cherche à travailler à l’encontre d’une ligne toute tracée, d’un point de fuite unique, d’un processus fermé. Mes projets se veulent “ouverts” dans leur forme, leur position et leur logique. Ils se posent la question d’«habiter un lieu». D’abord lors de mes repérages sur le terrain lorsque je “marche” avec un lieu, ensuite à travers mes propositions sculpturales. Des grandes sculptures qui s’intègrent ou se désintègrent avec l’espace jusqu’aux petits formats et aux dessins qui s’accomodent d’un espace plus restreint, les productions prennent soin de l’espace dans lequel elles se déploient, lui proposent une utilisation plus souple, une circulation habile, une possible réhabilitation. Les formes obtenues sont proches de certains projets architecturaux et de leurs maquettes,  mais leurs structures se posent comme éclatées, en apesanteur dans l’espace d’exposition, flottantes entre les vides et les pleins d’un espace reformulé. C’est en cela que les ouvertures se présentent : fenêtres percées, trouées vers de nouvelles perspectives, que je nomme “dé-pressives”, autrement dit qui cherchent à se désolidariser d’une pression, à se détacher d’une vision sur l’espace trop contrôlée. Des perspectives de regard qui cherchent à gagner en souplesse.

 

Née en 1982 à Pont L’abbé, Zoé Benoit vit et travaille en France. Ancienne étudiante de l’UFR d’arts plastiques de Paris I et de l’école nationale des Beaux Arts de Lyon, elle conçoit des projets de sculpture en résonnance avec les lieux d’exposition qui l’invitent, comme le centre d’arts plastiques de Saint Fons, ou prochainement, la Biennale de l’estuaire ainsi que le Higher Institute for Fine Arts à Gant (Belgique).

 

Site Internet

www.zoebenoit.com

////

 

«Dans la recherche de son sujet de reportage, puisque c’est ainsi qu’elle définit, en partie, sa pratique photographique, Anne-Lise Seusse repère un paysage où un élément qui lui fait signe. Ce peut être, par exemple, la tour observatoire du mont Verdun, près de Lyon. Le signe opérant, Anne-Lise Seusse débute ses investigations quant à l’usage du territoire ainsi défini. Elle entreprend alors un important travail d’approche pour rencontrer les populations transitoires de ces zones souvent inhabitées. Sans objectif préalable, sinon rendre compte d’une modification du non-lieu par les activités qui s’y pratiquent, Anne-Lise Seusse procède à des repérages pour une rapide mise en situation des acteurs du territoire, cela pour compenser le lent processus de prise de vue à la chambre photographique.

 

Le choix de cette technique permet une grande qualité d’images, dont les détails se distribuent de manière égale, quelle que soit leur disposition dans le champ. Malgré cette revendication du reportage, un reportage non pas sur une actualité mais un focus sur des faits en apparence anodins, l’exigence sur la qualité picturale est réelle. Au-delà du témoignage sur une activité de loisir, comme le ball-trap, la construction de l’image se fait par des éléments plastiques, la verticalité et l’immobilité des arbres créant une tension avec la position couchée des riders dévalant des pentes, la couleur rouge des « pigeons » brisés par la balle de fusil contrastant avec la teinte naturelle de la végétation. D’autre part, le choix se fait sur des sites qui n’ont d’autre histoire que celle créée par leurs usagers, à laquelle la photographie d’Anne-Lise Seusse va apporter une historicité, dans un glissement où une jante abandonnée va évoquer le bouclier perdu d’un soldat, où le costume d’un rider rappellera l’armure d’un chevalier.

 

Ces reportages photographiques montrent une ritualisation des usages d’un site qui est héritée d’une logique d’affrontement, lorsque l’humanité considérait le territoire comme une extension de son activité, rendue possible par la tension, voire le conflit.» Pascal Thévenet

Après des études de philosophie, Seusse fut diplômée en 2007 à l’école nationale des beaux-arts de Lyon.